Trame verte : améliorer la qualité de la ville

Face à la perte rapide de biodiversité, les scientifiques du monde entier ont consacré l'importance du maintien des habitats des espèces sauvages et de leur continuité. À Roubaix, les transformations de la ville sont l'occasion de créer des passerelles pour la biodiversité qui soient aussi des lieux qui améliorent la qualité de vie des Roubaisiens.

Les objectifs

Le Grenelle de l'environnement fixe comme objectif de stopper la perte de biodiversité, c'est-à-dire la disparition d'espèces du fait de l'emprise grandissante de l'humanité sur les milieux naturels. Pour cela est créée la trame verte et bleue. Elle constitue une zone préservée continue pour que les animaux et les végétaux puissent se déplacer, se nourrir et se reproduire en évitant au maximum les nuisances et pollutions liées à l'activité humaine.

L’enjeu pour Roubaix est d'avoir une politique d'aménagement des espaces verts qui réponde équitablement aux besoins sociaux, et donne sa place à la nature en ville tout en continuant le processus de densification. La reconstitution progressive d’un maillage visible et accessible autour des parcs, des places et du Canal constituera à terme la trame verte et bleue.

Les avancées

La trame verte et bleue de Roubaix

Démarrée en 2010, la Trame verte et bleue de Roubaix défini le projet de développement des espaces verts et de la nature en ville pour les 15 prochaines années. La Trame poursuit les objectifs de développement et de rééquilibrage des espaces verts entre quartiers roubaisiens, de valorisation de l’eau dans la ville et de développement de la nature en ville.

Le corridor écologique Ouest

Long de 2 km, le  corridor écologique le long de la voie ferrée Ouest est né de la rencontre entre l’initiative municipale de réaliser un aménagement durable pour les implantations autour du quartier de la Gare et l’initiative d’habitants du Comité de quartier Fresnoy Mackellerie associé à l’association Entrelianes sur la création d’un « Portrait de Nature ». Inscrit en milieu urbain dense, ce corridor écologique relie les parcs Brondeloire, Cassel, les Jardins du Hêtre (ex-Ferme aux Loisirs), et apporte aux habitants une meilleure accessibilité aux espaces verts.

L’Arbre, objet de toutes les attentions

Avec 13 500 arbres et un grand Prix de l'Arbre en 2002, Roubaix souhaitait poursuivre ses efforts en matière de protection de son patrimoine arboré. Une Charte de l'Arbre a donc été élaborée, document d'engagement concerté avec les principaux partenaires que sont les bailleurs, les concessionnaires, les entreprises, les associations... Elle comprend, entre autres, 11 fiches actions et un dispositif d'indemnisation en cas de dégradation d’un arbre. Enfin, une campagne de recensement des arbres remarquables privés a été lancée.
Un technicien est aujourd'hui dédié pour s'occuper pleinement du patrimoine arboré et un dispositif de communication a été mis en place.

La gestion différenciée et la lutte biologique

Depuis 2005, la Ville a engagé une démarche d’éco-gestion des espaces verts avec des résultats déjà très encourageants :

  • pas de pesticides dans les serres depuis 2008 pour une production de 250 000 fleurs grâce à la protection biologique intégrée
  • la protection biologique intégrée sur les alignements d’arbres, contre les pucerons et les cochenilles
  • le paillage à base de lin, chanvre, déchets de taille, le désherbage thermique, l’enherbement de pied d’arbre, l’utilisation de la binette, l’utilisation de produits naturels, comme le purin.

Une végétalisation de la ville plus durable

Progressivement, les végétaux plantés évoluent : moins consommateurs d’eau, plus locaux et plus robustes :

  • utilisation de végétaux régionaux : objectif de 50% appliqué à l’aménagement des 3 Ponts, de l’Union, prochainement du Canal ;
  • développement des prairies de fauches et prairies fleuries (4 200 m² en 2008) ;
  • réorganisation du plan de fleurissement par des vivaces et des arbustes : 40 000 plantes annuelles économisées, naturalisation de bulbes.

Concernant l'utilisation de plantes régionales, la Ville sensibilise également les maîtrises d'oeuvre, les bailleurs et les investisseurs privés via les dépôts de permis de construire, les réunions et les échanges informels.

La reprise en main des jardins familiaux, vers plus de transparence et de suivi

La Ville de Roubaix propose aux habitants des jardins familiaux aménagés et équipés afin de faire bénéficier le plus grand nombre d’un espace de culture potagère. Ces 23 jardins ouvriers (297 parcelles) ou partagés (8 jardins) sont gérés par une quinzaine structures (associatives, privées ou publiques) au plus proche des quartiers.
Sur le plan organisationnel, la gestion a été revue en profondeur : transparence dans la liste d’attente qui a été centralisée, création d’un comité des jardins qui se réunit une fois par mois pour prendre les décisions concernant les jardins et leur animation, suivi des parcelles...
Les « Rendez-vous aux jardins » sont organisés chaque année début juin. Ce sont des temps conviviaux permettant aux jardiniers de se réunir et d’ouvrir leurs jardins au grand public, aux voisins. C’est l’occasion également pour tous de diffuser la culture du jardin écologique.

Les Totems verts

Près de 400 foyers ont d’ores et déjà bénéficié de la pose de plantes grimpantes sur leur façade. Aujourd'hui, ce service a été mis en "stand by", mais est toujours fortement incité auprès des habitants.

Afin d'apporter une réponse supplémentaire aux habitants désireux de participer activement à l'amélioration de leur rue, il existe depuis 2014, une convention de végétalisation d'espaces publics (pour habitants, associations ou commerçants). Disponible à la demande au service développement durable de la Ville.

Le rucher-école

Une formation de type « rucher-école » a débutée en février 2011, avec 8 personnes pour une durée de 5 mois. Depuis, c'est une douzaine de personnes chaque année qui bénéficie de cette formation complète. Renseignements auprès de la Maison du Jardin au 03.20.17.11.26

Le rucher communautaire

Un petit rucher communautaire de 10 emplacements a été créé en 2011 près du cimetière. Un second site est en vue afin de répondre aux besoins grandissant des apiculteurs roubaisiens.

Prochainement

Assurer la pérennité des jardins

La Ville travaille aujourd'hui à la préservation de ces espaces de nature par le classement des jardins dans les documents d’urbanisme. Les jardins familiaux et partagés font l'objet d'étude de compatibilité d'usage. A ce jour, tous les jardins étudiés sont conformes à la culture potagère.

La création de nouveaux jardins familiaux

L’aménagement de nouveaux jardins familiaux permet d’augmenter l’offre de parcelles potagères et de réduire la liste d’attente grandissante. Deux sites ont été aménagés en 2014 (Jardins des trois Ponts composés de 19 parcelles, sur un terrain du bailleur social LMH, animé par la Maison du Jardin) et en 2015 (Jardins de la rue Gounod, 10 parcelle, animé par ASTUCE). A ce jour, 3 extensions de jardins et 2 créations de nouveaux sites sont en cours d'étude.

Des inventaires participatifs

L’étude trame verte et bleue définit une série d’indicateurs biologiques à suivre pour mesurer l’évolution de la biodiversité à Roubaix. Des campagnes de recensement participatif, sur l’exemple de Noé Conservation ou du Muséum d’Histoire Naturelle, seront engagées auprès des habitants, des associations et des établissements scolaires.

Contact

Service Développement durable
Hôtel de ville
17 Grand'place
59100 Roubaix
Tél. : 03 20 66 47 72
Ouverture du mardi au samedi matin