Zéro déchet, devenir une référence européenne

 

Engagement politique majeur, Roubaix veut devenir la référence nationale, voire européenne, en matière de zéro déchet. Ne disposant pas de la compétence Collecte et traitement des déchets, la Ville travaille avec la Métropole. Pour autant, ses compétences de proximité avec la population et les acteurs économiques et sociaux du territoire lui permettent d’appréhender et de proposer des approches nouvelles, innovantes et inspirantes.

Les objectifs

Au-delà des objectifs réglementaires, l’objectif est de :

-      réduire les déchets non recyclables de 70% en 10 ans

- accompagner une centaine de familles par an, atteindre 100 les commerces labellisés zéro déchet

- généraliser les solutions zéro déchet à toutes les écoles

- stimuler la création et l’implantation d’activités liées au Zéro déchet et à l’économie circulaire à Roubaix

- obtenir 3 étoiles de l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine d’ici à 2020

Tout le monde est concerné. Vous trouverez ICI toutes les informations concernant la démarche Roubaix Zéro Déchet.

 

Les avancées

L’effort pour la propreté urbaine renforcé 

Le Plan d’actions pour la Propreté Urbaine 

Premier maillon essentiel dans une démarche de zéro déchet, la propreté urbaine a fait l’objet d’un effort important tant sur le plan des mesures utilisées que des équipes mobilisées. Le Plan d’Actions pour la propreté urbaine voté en 2014 a mis en place :

-          une réorganisation du service de la Propreté urbaine pour le recentrer sur sa mission prioritaire de nettoyage ;

-          un renforcement des moyens humains par des structures extérieures, faisant appel majoritairement à du personnel en insertion afin de réaliser :

o       le vidage des corbeilles de rues,

o       le ramassage des dépôts inférieurs à 3 m3,

o       le nettoyage des cours d’école,

o       la campagne des feuilles d’automne,

o       le balayage manuel et mécanisé des entrées de ville et rues commerçantes (Epeule, centre-ville),

 La première étoile de l’AVPU

En 2017, la Ville a reçu sa première étoile (sur les 5 possibles) décernée par l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU). L’objectif sera de gagner une étoile par an pour faire reconnaître les efforts et les progrès entrepris dans le domaine.

 La suppression de la collecte des encombrants en porte à porte

Roubaix étant un des derniers territoires, y compris en France, à collecter les encombrants en porte à porte. Depuis le 1er janvier 2015, la collecte se déroule sur rendez-vous. Cette décision n’a pas eu d’impact notoire sur les volumes collectés en dépôts sauvages ; à contrario, elle libère l’espace public de ce déversement d’ordures mensuel qui rendait toute communication sur la propreté des rues inaudible !

 Des tests de décrassage de rue

Nettoyage complet y compris avec la suppression des épaves de voiture, le décrassage de rue c’est le grand lifting. Testée en 2017 avec déjà près de 28 km réalisés, cette nouvelle méthode d’intervention utilise les grands moyens : lien avec la police municipale pour les mises en fourrière, communication renforcée auprès des riverains, etc. Elle devrait passer de 1 rue par jour à 3-4 rues par jour dans les années futures. 

 Continuer la sensibilisation à la propreté

L’opération « Mon quartier au sens propre » vise à mobiliser les acteurs éducatifs et les habitants d’un quartier sur le thème de la propreté. Une opération de nettoyage des rues est organisée avec des habitants et en moyenne une trentaine d’enfants, en lien avec les centres sociaux et les comités de quartier. Des stands de sensibilisation accompagnent et informent sur le tri sélectif, le zéro déchet, etc. Cette opération est organisée entre 2 et 4 fois chaque année.

 Ne pas respecter, c’est se faire sanctionner

La verbalisation a été développée tant pour les dépôts sauvages que pour les bacs de poubelle laissés sur les trottoirs. Ainsi, nous sommes passés d’environ 200 procès-verbaux par an à près de 1000 par an, auxquels s’ajoute une centaine pour les bacs.

Le Zéro déchet se développe

Le Défi des Familles, un succès de mobilisation

Avec ses 3 éditions du Défi des Familles, Roubaix apparaît comme un exemple national. Avec l’engouement suscité, d’autres collectivités s’y sont engagées tant à l’échelle métropolitaine que nationale, voire désormais internationale avec les collaborations canadiennes (Montréal, …). Les réductions observées entre 30 et 65%, en règle générale, se couplent à des bénéfices financiers substantiels observés par les familles, des réductions d’usage de produits pétrochimiques et une réelle fierté.

Ainsi, en 2017, avec les villes de Marcq en Baroeul, Bondues et Tourcoing, ce sont 297 familles engagées, avec en moyenne une réduction de 39% sur les déchets non recyclables. Au total en 3 ans, ce sont 500 familles pleinement engagées dans le zéro déchet.

 Les associations actrices

Le tissu associatif s’est immédiatement mobilisé autour de l’objectif du Zéro déchet. Les centres sociaux portent des initiatives de sensibilisation au tri sélectif, des ateliers de fabrication de produits ménagers faits Maison, etc. Deux repair-café animés par l’association Astuce se déroulent toutes les deux semaines et permettent de réparer les objets tout en valorisant les compétences humaines.

Les écoles, pour devenir des exemples

Aux 4 écoles pilotes démarrées en septembre 2015, 6 nouvelles écoles ont rejoint la dynamique sur le thème gaspillage alimentaire. Au total, ce sont plus de 1500 enfants touchés dans les 10 écoles Zéro déchet.

Tous les acteurs des écoles concernées ont été informés, sensibilisés et formés à la thématique du Zéro Déchet, lors de sessions organisées par la Ville ou les professeurs pendant les heures de classe. Le personnel impliqué sur les temps de repas a été formé au gaspillage alimentaire au travers de plusieurs formations.

Les écoles pilotes profitent de l’installation d’équipements et de mobilier comme la distribution de kits goûters Zéro Déchet dans les classes. La suppression des produits jetables est un axe de travail majeur. La vaisselle lavable a été augmentée pour remplacer certaines barquettes d’entrées ou de desserts.

De nouvelles poubelles de tri, mieux adaptées au quotidien des élèves, ont été installées dans les salles de classe et autres lieux d’activité ou de passage. Sur le modèle des poubelles de la maison, elles prônent un tri simple, compréhensible par tous.

Des points de collecte spécifiques ont été mis en place dans ces écoles (bouchons, piles, etc.). À terme, d’autres collectes solidaires permettant par exemple de donner ou récupérer librement des objets seront également instaurées dans ces établissements.

Désormais, le projet rentre dans une phase de généralisation. Ainsi, les actions mises en place qui ont donné satisfaction sont généralisées dans tous les établissements. Les investissements se répartissent sur 2 années budgétaires.

La Ville en voie d’exemplarité

Faire de la Ville un exemple afin d’être cohérent et légitime pour mobiliser les autres acteurs est une nécessité. La démarche s’oriente vers la sensibilisation des agents (sessions d’accueil des agents, appel à idées, etc.), la réduction des déchets de bureaux et dans les services spécifiques (garage, cantine municipale, etc.), le développement du réemploi par le don ou la réutilisation, et la qualité du tri sélectif.

Aujourd’hui, plus de 400 agents ont signé la Charte des agents pour le Zéro déchet. La Factotri, poubelle collective de tri sélectif a été conçue spécialement pour apporter une solution attractive et motivante pour les agents. En complément, un espace Réemploi a été créé pour collecter les matériels administratifs réutilisables.

Les gobelets plastiques ont disparu des pratiques municipales ; même lors des élections où le kit pour la tenue de bureaux de vote a été revu dans une démarche 100% Zéro déchet.

La dématérialisation de la comptabilité, des actes réglementaires, des formalités RH, de l’état civil, etc. progresse très fortement. Le prochain chantier sera la fiche de paie électronique.

D’autres actions concrètes ont été réalisées : la suppression des bouteilles d’eau au bénéfice des carafes et des fontaines à eau, la création d’une bibliothèque zéro déchet à la Médiathèque, la révision totale des produits d’entretien (réduction des références, écolabel, suppression de produits cancérigènes, produits concentrés, etc.) utilisés dans les écoles et les crèches, la suppression des enveloppes internes, etc.

Supprimer les sacs plastiques dans les commerces

La Ville de Roubaix compte 6 marchés dans les différents quartiers.  Une étude réalisée en  mai 2016 auprès des commerçants alimentaires, de marchés avait montré qu’ils utilisaient environ 160 000 sacs plastiques à usage unique chaque année. Pour ce faire, la Ville a choisi d’accompagner et de communiquer fortement sur la suppression des sacs plastiques. Cet engagement a été remarqué et salué par les commerçants.

Les 4500 sacs cabas distribués auprès des roubaisiens pour accompagner la suppression des sacs de caisse permettent progressivement de faire comprendre l’application de la loi. Ce changement d’habitude pour les clients et les commerçants s’effectue progressivement.

200  lots de panneaux d’information ont été distribués  à la plupart  des 150 commerçants abonnés et à une quarantaine de commerçants précaires.

A destination des 900 commerçants sédentaires, près de 1000 affiches et courriers ont été donnés pour afficher dans les vitrines et prévenir les clients.

Depuis la fin 2017, un nouvel arrêté a été pris par la Ville modifiant le règlement intérieur des marchés. Désormais, les commerçants ne respectant pas l’obligation liée à la suppression des sacs plastiques à usage unique se verront sanctionnés avec exclusion temporaire ou définitive du marché.

Les commerçants Zéro déchet

Avec 36 références de commerçants engagés dans le zéro déchet, un plan papier ou sur internet permet de trouver ses références de parfumeurs, artisans de la réparation, restaurateurs, boutique de seconde main, libraires, créateurs, etc. Sur le site de Roubaix Côté Commerce, des pages sont spécifiquement dédiées à la présentation et la valorisation des commerçants engagés.

En 2016 et 2017, le marché de Noël de Roubaix a été orienté vers des produits zéro déchet : ceintures en pneus de vélo, meubles en cartons, vrac, savons en vrac, etc. Le succès de ce marché est grandissant.

L’accompagnement à la création d’activité

La Ville soutient les initiatives en faisant une large communication (Mobius et les commerçants zéro déchet), parfois un apport financier pour lancer l’activité (Fibr & Co), une mise en relation (groupe des innovateurs), en apportant son expertise, etc. Aujourd’hui, on comptabilise une douzaine de création d’emplois sur Roubaix directement liées au Zéro déchet. D’autres projets d’implantation (Etnisi) ou de création d’entreprise sont également en cours de réalisation.

Spontanément, les créateurs viennent nous rencontrer pour bénéficier d’un environnement dynamisant et ouvert à ce type d’initiatives. La Ville les accompagne dans l’orientation et la matérialisation de leurs projets. Ainsi, le groupe des innovateurs rassemble une vingtaine de porteurs de projet ou des entreprises existantes innovantes.

Autre initiative en novembre 2016, s’était organisé le premier Hackathon spécial Zéro déchet. Des porteurs de projets aux idées multiples se sont manifestés et ont travaillé à rendre leur idée plus opérationnelle. Certaines se matérialisent progressivement (cosmétiques en vrac).

Les entreprises roubaisiennes s’associent progressivement 

Le monde des entreprises est progressivement touché par la démarche. Des premiers contacts avec les grands groupes textiles locaux ont permis de faire connaître et d’échanger sur la démarche. Pour exemple, la Ville, la Redoute et IDGroup ont organisé une projection du film Demain lors de la semaine du Développement durable de 2016. Egalement, la Ville est intervenue pour sensibiliser et partager son expérience sur les actions zéro déchet à engager vis-à-vis des collaborateurs. L’entreprise Damart organise son programme d’actions Zéro déchet.

L'économie circulaire se structure sur Roubaix

Pour commencer à structurer sa démarche d’économie circulaire, la Ville a réalisé une étude stratégique Economie circulaire. Elle propose une organisation, identifie des acteurs ressources et des chantiers possibles d’économie circulaire. Une première démarche d’ateliers de synergies inter-entreprises a mobilisé une vingtaine d’entreprises en 2017.

Des premiers exemples de réalisation existent :

-          par les entreprises locales, comme par exemple l’entreprise Westaflex qui réutilise des fibres textiles recyclées en équipements automobiles

-          par la Ville, avec la réutilisation in situ des boues de curage du Parc Barbieux pour créer la couche d’étanchéité du fond du bassin. 10 000 m3 de sédiments ont ainsi évité d’être en décharge. Ce projet fait l’objet d’un cadre scientifique avec l’Ecole des Mines et NéoEco

-          par la SEM Ville renouvelée, qui déterre les gravats de démolition de la Lainière pour les remettre dans une filière de BTP. Ce projet pourrait servir d’exemple pour les futurs projets de démolition prévus dans le cadre du Projet de Rénovation Urbaine ou de l’Etablissement Public Foncier.  

La Maison du l’Economie circulaire et du Zéro déchet

Forte de son expérience et de son engagement dans le Zéro déchet, la Ville de Roubaix souhaite créer un lieu de référence européenne, d’innovation, de mobilisation, de formation, de création d’entreprise et de projets liés à l’économie circulaire et au zéro déchet. Logée au Couvent des Clarisses, bel édifice de 3357m² de surface utile inscrit au Monuments Historiques, la Maison de l’Economie circulaire et du zéro déchet a été présentée lors d’un évènement de lancement en octobre 2017 à de nombreux partenaires institutionnels et financiers, ainsi qu’aux habitants.

Une approche des Biodéchets originale

Pour répondre au besoin des habitants en matière de solutions biodéchets et de jardinage, la Ville a créé la Tour potager. Après des tests très positifs, elle sera diffusée en 2018 en grand nombre des familles vivant en appartement ou en maison avec une cour.

Pour apporter de nouvelles solutions supplémentaires, la Ville avec La Maison du Jardin a conçu la Biobox. Accessible 24h/24, elle recueille les biodéchets des riverains. Gérée par un réseau de bénévoles, on comptabilise aujourd’hui 6 biobox recueillant les biodéchets d’une quarantaine de familles chacune.

9 sites de compostage collectif soit ouverts à tous, soit réservés à des résidences, complètent le dispositif. Le maillage global de la ville continuera dans les années futures.

Enfin, des solutions individuelles sont proposées aux personnes bénéficiant d’un jardin : composteurs ou poules.

Roubaix, référence nationale et plus

La qualité des initiatives, le niveau d’ambition, l’esprit d’innovation et la hauteur des premiers résultats sont largement reconnus à l’échelle nationale. De fait, les médias se sont emparés de ces résultats qu’ils ont largement relayés : plus de 200 apparitions dans les médias nationaux. Plus de 60 000 utilisateurs de tout horizon se sont connectés au site internet.

Pour partager nos expériences, des visites Zéro Déchet s’organisent plusieurs fois par an à destination des professionnels en lien avec le Centre Ressource du Développement Durable (ex : Climatour 40 personnes) ou de délégations françaises (Bayeux, Bagnol sur Cèze) ou belges majoritairement.

Des sollicitations hebdomadaires proviennent de toute la France, mais aussi beaucoup de Belgique, voire du Brésil, des Etats-Unis (Minneapolis) ou du Canada (Montréal). La Ville intervient régulièrement dans les évènements nationaux et internationaux pour partager son expérience : Budapest, Zero Waste Festival, Groupe Zero Waste à Bruxelles.

Enfin, la Ville a organisé son 1er Festival zéro déchet en juin 2017. De nombreuses conférences, visites, stands ont permis aux visiteurs professionnels et particuliers de découvrir les initiatives locales et les réflexions liées au zéro déchet.